Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.


À propos de ce blogue | Qui sommes-nous? | L'auteur

Rechercher sur ce blogue

samedi 20 juillet 2019

Montagny, Buissonnier, Vignerons de Buxy, 2016, France


Cépage:   100% Chardonnay
Code #:    12866291
Prix:          18,65$
Alcool:     12,5%
Sucre:      1,5 gr/l
Servir:     11-12° Celsius
À boire:   2019-2021

Provenance: échantillon reçu





Les vins de cette maison fondée il a plus de 80 ans sont relativement abordables, compte tenu que ce sont des bourgognes.

Ce producteur est  premièrement situé sur la partie la plus méridionale de la Bourgogne, la Côte chalonnaise, là où les coûts d'exploitation sont plus faibles qu'au nord. La deuxième raison est qu'il s'agit d'une cave coopérative qui regroupent 120 exploitations viticoles.




La production de la maison totalise annuellement plus de 7 millions de bouteilles.

Celle-ci est répartie en plus de 32 cuvées issues de différentes appellations (Aligoté, Rully, Santenay, Givry, Mâcon, Montagny, etc.), soit 15 vins blancs, 12 vins rouges, un vin rosé, et 4 crémants (en blanc et en rosé). 

De ce nombre, 6 de ceux-ci font partie du répertoire des vins de spécialité de la SAQ.




L'appellation Montagny ne comprend que du vin blanc. Au total, il y a uniquement que 3 vins de Montagny à la SAQ et 2 autres dans l'appellation Montagny 1ier cru. Le vin mentionné blanc en titre est le moins cher des 3 Montagny disponibles au Québec. Il en est de même pour le Montagny 1ier cru de cette maison, en regard de l'autre vin disponible dans cette appellation.

Les raisins qui ont été utilisés pour produire le Montagny de la Cave de Buxy proviennent de parcelles sélectionnées de vignobles aux sols argilo-calcaire, situés dans les communes de Jully et de Saint-Vallerin. La vinification et l'élevage se sont déroulés uniquement en cuve inox.

Inventaire: au 22 juillet 2019, dans 94 succursales du réseau.

(Vin de spécialité en approvisionnement continu)


Coquilles St-Jacques express

Notes de dégustation:

Sans être d'une très grande complexité, ce vin est fort recommandable, compte tenu de son prix inférieur à plusieurs vins blancs génériques de Bourgogne, vendus pour la plupart plus cher que celui-ci.

Doté d'une robe jaune doré clair parsemé de quelques reflets verts et d'un bouquet où l'on retrouve des parfums floraux, ainsi que des notes de miel léger, de poire, ainsi qu'une toute petite pointe vanillée, ce vin charme avant tout par sa légèreté et sa finesse; l'équilibre entre la fraîcheur de son acidité naturelle et ses goûts de fruits blancs mûrs le rend très facile et agréable à boire; pour les fruits de mer, les poissons de mer ou de rivières, ou même seul à l'apéro.




De belles vacances estivales à tous!


Beaucoup parmi vous seront bientôt en vacances. Profitez de ce repos bien mérité pour vous ressourcer, voir et faire de nouvelles choses!




Mais ne vous privez surtout pas de votre plaisir préféré, soit celui de lire à chaque jour mes billets sur ce blogue!

À titre de rappel, histoire de m'assurer que vous boirez du bon vin pendant l'été, veuillez trouver ci-après mes recommandations de vins pour la période estivale.









Tout comme la vie, l'été est court (surtout au Québec!). Profitez-en en buvant du bon vin!

Santé!  🍷 



vendredi 19 juillet 2019

Château La Justice, Fronsac, 2015, France


Cépage:    100% Merlot
Code #:     14057024
Prix:          24,50$
Alcool:      13,5% 
Sucre:       1,6 g/litre
Culture:   Agrobiologique
Servir:      16-17° C
Carafe    15-20 min.
À boire:    2019-2022

Provenance: échantillon reçu






Le Château La Justice est une des cuvées élaborées par le Château La Dauphine, bien connu  au Québec. 


Pour la petite histoire, c’est Marie Josèphe de Saxe, épouse du dauphin Louis-Ferdinand de France, fils de Louis XV, séjourna au Château peu de temps après sa construction (1750) et donna son titre à cette demeure.




Situé sur la rive droite, ce domaine a été acheté en 2001 par M. Jean Halley, lequel apporta des changements importants au cours des dernières années. Des investissements de plus de 10 millions d’euros ont permis une restauration complète du château et des chais, une restructuration complète du vignoble et des procédés de vinification, une réduction du rendement des vignes, l’acquisition d’équipements à la fine pointe de la technologie ainsi que l’introduction d’un second vin, Delphis.

Les 53 hectares du domaine sont cultivés en bio et biodynamie.

Cette propriété fut acquise en 2015 par la famille Labrune et celle-ci poursuit la voie tracée depuis les quinze dernières années, dans la poursuite d'élaboration de grands vins.



Les raisins du vin monocépage de Merlot mentionné en titre proviennent de vignes âgées en moyenne de 33 ans qui poussent sur des sols argilo-calcaires. Plantées à une densité de 5,800 pieds à l'hectare, le rendement de celles-ci sont limitées à 33 hectolitres par hectare.

Il s'agit du tout premier arrivage au Québec pour ce vin.




Les grappes récoltées subissent un double tri avant l'éraflage et la cuvaison des baies en cuves inox thermorégulées est d'environ 25 jours. Le vin est élevé pendant 12 mois en barriques de chêne, neuves à 10%.

Les œnologues furent messieurs Michel Rolland et Bruno Lacoste. Ce vin est vendu en Angleterre autour de 15 livres, ce qui équivaut à 24,30$ CAN.

Inventaire: au 20 juillet 2019, dans 77 succursales du réseau.

(Vin de spécialité disponible en quantité limitée)


Côtelettes de veau, sauce aux morilles

Notes de dégustation:

Pour les amateurs de vins de Bordeaux souples et pas trop corsés.

Dotée d'une robe rubis subtilement violacée, ce vin possède de jolis et fins arômes de cerise et de framboise, agrémentés de notes d'humus, de champignons sauvages et de très fines épices boisées; la bouche suit, souple, fraîche et à peine corsée; sa droiture et son équilibre lui permettra de mettre en valeur une foule de plats à base de diverses viandes grillées; finale délicate et fine.




Et si nous aussi nous avions ça au Québec?


L'image ci-dessous a de quoi faire rêver toute personne qui s'intéresse vraiment au bon vin. 

Si vous êtes du genre à toujours acheter "la première cuvée su'l bord parce qu'elle est en promo parce que votre blonde attend dans le char", il est fort probable que ce qui suit vous laissera plutôt indifférent. Vous en avez le droit, bien sûr.

Signalons en premier lieu, que seulement moins de 5% des pays dans le monde où la vente d'alcool est autorisée (car cela est interdit en Afghanistan, en Iran, au Pakistan au Koweit et en Arabie Saoudite) le font par l'entremise d'un monopole. Vous savez sans doute que nous faisons partie de ce 5%.

Pour 95% des pays du monde, il existe donc une foule d'importateurs, de distributeurs et de détaillants qui sont en compétition les uns avec les autres. Les lois, telles que l'âge minimum requis pour acheter de l'alcool ou le niveau de taxation sur ces produits, peuvent bien sûr être différents d'un pays à un autre.

Un pays producteur comme l'Italie, l'Espagne ou la France taxera très peu la vente de ces produits pour favoriser le développement de leurs industries nationales, alors qu'un pays qui n'en produit pas ou très peu comme l'Angleterre, les taxera davantage. Mais dans tous les cas, un marché libre et compétitif est une bonne garantie contre les abus.


Crédit-photo: compte Instagram de nous.sommeliers

La photo ci-dessus représente l'offre de vins de bourgogne dans une succursale d'une chaîne d'hypermarchés à grande surface appelée Auchan (plus de 600 magasins en France). 

Les consommateurs français ont la possibilité de commander directement des producteurs, d'acheter leurs vins chez des cavistes, dans des magasins spécialisés, ou bien dans des commerces de grande distribution tels Carrefour, Casino, Auchan, E. Leclerc, Lidl, etc., lesquels représentent 88% du volume des ventes (voir ici)

Ce système assure une énorme variété de produits et de catégories de détaillants. On achète généralement les vins de tous les jours dans les grandes enseignes et les produits de niche chez les vignerons et les cavistes.

Imaginez maintenant pendant trente secondes que vous pourriez retrouver au Québec  des étalages semblables à celui de la photo ci-dessus chez Costco, Wallmart et compagnie, ainsi que de plus petits chez votre épicier. Et pour les produits très spécialisés, il y aurait des cavistes. Il n'y a rien d'impossible là-dedans car le monde entier (ou presque) le fait, sauf à peu près nous.

Et pour la SAQ?

Nul besoin de la vendre, de l'abolir ou de la privatiser. Et bien non. On peut la garder sans problème.

Il suffit de permettre à d'autres types de détaillants détenant un permis de vente d'alcool de vendre des produits qui n'ont pas été sélectionnés par la SAQ. En d'autres mots, celle-ci ne serait plus la seule à décider ce que vous pourrez ou ne pourrez pas boire.

Le gouvernement fédéral impose déjà à la douane sa taxe d'accise sur l'alcool. Le gouvernement provincial pour sa part n'aurait qu'à imposer une taxe sur ses produits importés (dont le modèle reste à définir) qui lui garantirait le même profit net qu'il reçoit des produits vendus par l'entremise de la SAQ. Une analyse de laboratoire de ces produits  à leur arrivée pourrait être exigée, cela fait partie des possibilités.

Ce très simple système fonctionne merveilleusement bien pour les cigarettes et l'essence (des produits hyper taxés). Les gouvernement collectent ainsi des milliards de dollars chaque année sans avoir besoin d'un monopole. Pensez-y!

Ces pistes de modernisation ont d'ailleurs été évoquées en mai 2016 dans l'étude Monopole inc. (voir ici)Ce document rédigé par deux économistes et moi-même avait été remis au gouvernement québécois de l'époque.  




Avec ce nouvel environnement comportant un minimum de compétition, nul doute que la SAQ chercherait à plaire davantage aux consommateurs qui ne leur seraient plus automatiquement acquis.

N'oublions pas que c'est l'existence d'un monopole qui a obligé le gouvernement du Québec ainsi que ceux d'autres provinces, à mettre en place des politiques particulières pour favoriser le développement de leurs entreprises viticoles.

Et où cela nous a-t-il mené? Devant l'Organisation Mondiale du Commerce (voir ici).


N'attendons pas que ce soient les autres pays du monde qui nous obligent à moderniser nos archaïques et discriminatoires façons de commercialiser l'alcool. Faisons-le nous-mêmes!





jeudi 18 juillet 2019

Petit Tracteur, Vignobles et Cie, Côtes-du-Rhône rouge, 2017, France


Cépages:  60% Syrah, 40% Grenache
Code #:    14094933
Prix:          16,00$
Alcool:      13,5% 
Sucre:       3 g/litre
Servir:      16° C
Carafe    10 min.
À boire:    2019-2021

Provenance: échantillon reçu






L'entreprise Vignobles et Compagnie fut créée en 1963 lors du regroupement de 12 caves coopératives de la vallée du Rhône.

Depuis 1990, le groupe Taillan en est le seul actionnaire.


La maison élabore plus de trois douzaines de cuvées de vins tranquilles dans les trois couleurs.

Étrangement, malgré la qualité des vins proposés et offerts à prix raisonnables par ce producteur, le vin mentionné en titre est le tout premier à avoir été commandé par la SAQ. Et encore, il ne le fut qu'à titre d'essai, dans le cadre du programme Pépinière.





Notez que lors d'un tel test de marché, on ne retrouvent les vins que dans une quarantaine de succursales.

Le vin mentionné en rubrique est majoritairement élaboré avec des raisins dont les vignes poussent sur des sols argilo-calcaires et de cailloux. À l'opposé de la plupart des vins de cette appellation qui laisse une place prépondérante au Grenache, celui-ci laisse la Syrah dominer.





La vinification traditionnelle se déroule en cuve inox, sans pigeage, mais avec des délestages et des remontages. Aucun élevage sous bois.

Sur les 46 vins rouges d'appellation Côtes-du-Rhône sélectionnés par la SAQ, celui-ci est le 7e moins cher (voir ici).

Ce vin est vendu autour de 9,5 euros en France (environ 14$ CAN), ce qui très près du prix qu'il coûte ici.

Il est arrivé sur les tablettes du monopole le 22 mai dernier. Il ne vous reste donc peu de temps pour mettre la main sur une bouteille et l'essayer.

Inventaire: au 19 juillet 2019, dans 38 succursales du Québec.



Côtes levées de porc BBQ et sa délectable sauce

Voir la recette + vidéo



Notes de dégustation:

Paraissant fluide et léger de prime abord, ce vin s'est ensuite révélé plus structuré et efficace au contact de la nourriture.

Il arbore une robe de teinte rubis soutenu et violacée; on y décèle des parfums de violette, ainsi que des arômes de framboise et de cerise, entremêlés de réglisse et d'une touche de cuir; il démontre de la fraîcheur et de la souplesse, sans tomber dans le cliché des vins du sud parfois trop lourds et déséquilibrés; il s'est avéré parfait avec le plat mentionné ci-dessus; meilleur si servi légèrement rafraîchi; la bouteille se vide facilement et c'est bon signe.




mercredi 17 juillet 2019

Les vins rosés hors-normes du domaine de la Bégude


C'est en 1996 que Guillaume Tari, d'une 7è génération de vignerons, élevé au Château Giscours (Margaux), tombe amoureux de la région de Bandol et acquiert le Domaine de la Bégude.

Bien que couvrant plus de 500 hectares, on n'y retrouve que 23 hectares de vignes cultivées en bio sur un sol argilo-calcaire, et divisés pour plus de précision en 66 parcelles.


Parcelle de Prométhée. Crédit: José Nicolas

L'âge moyen des vignes est de 45 ans et beaucoup sont cultivées en terrasses que l'on nomme restanques dans cette région. L'altitude du domaine variant de 350 à 420 mètres, on a de celui-ci un point de vue intéressant vers la Méditerranée.

Le vignoble est majoritairement planté en Mourvèdre, un cépage capricieux et difficile à comprendre, et qui a trouvé son terroir de prédilection à Bandol.

Fait intéressant, les vins du domaine de la Bégude vieillissent dans une ancienne chapelle dont l'origine remonte au 7è siècle.




En plus d'une huile d'olive, le domaine élabore 7 cuvées de vins tranquilles dans les trois couleurs, soit un vin blanc, deux vins rosés, et quatre vins rouges.


Le 8 mai dernier au restaurant La Chronique, j'ai pu m'entretenir lors de son tout premier passage à Montréal, avec le propriétaire Guillaume Tari.


Nous avons alors pu déguster plus de de 13 cuvées, certains vins étant sur plus d'un millésime.





Une image vaut mille mots, dit-on. Vous en verrez plein dans cette courte vidéo sans paroles, mais qui rend si bien l'esprit des lieux.



A la découverte du Domaine de la Bégude from Bégude on Vimeo.


Bien que les vins rouges soient également excellents, ceux-ci ne sont pour le moment pas disponibles au Québec. Je vous commenterais alors aujourd'hui les deux vins rosés que l'on peut encore trouver dans quelques succursales du Québec.

La couleur rose très pâle est très à la mode de par le monde pour le vin rosé. Mais pour monsieur Tari, ceci est trop limitatif. Pour avoir un vin rosé avec de la personnalité et de la substance, il faut aller vers une teinte un peu plus soutenue.


Domaine de la Bégude, Rosé, Bandol, 2018, France

Cépages:  80% Mourvèdre, 15% Grenache, 5% Cinsault
Code #:    13622538
Prix:          32,25$
Alcool:      12,8% 
Sucre:       inconnu (sec)
Culture:   Agrobiologique
Servir:      10-12° C
Carafe    15-20 min.
À boire:    2019-2022


Millésime 2016 montré ci-dessus

Les raisins pour ce vin ont été vendangés à la main sur des vignes n'ayant fourni qu'un rendement d'une vingtaine d'hectolitres à l'hectare. Il a été élevé sur ses lies fines durant deux mois. Il s'agit d'un vin rosé de garde, ce qui n'est pas commun. Si consommé prochainement, il est recommandé de la passer en carafe pour qu'il déploie toutes ses flaveurs.

Les principales différences avec le rosé L'Irréductible est dans l'âge des vignes (15 ans au lieu de 45 ) et dans la composition de l'assemblage.

Production: 20,000 bouteilles

Disponibilité: au 18 juillet 2019, dans 2 succursales du Québec.

Affichant une robe saumonée soutenue, ce vin rosé de Provence possède une teinte plus foncée que la plupart des vins rosés de cette région; on y décèle de belles notes d'agrumes, de fines herbes et d'épices douces; il affiche en bouche une tenue peu habituelle pour un vin rosé, à la fois fraîche et fougueuse à la fois, tout en demeurant équilibrée; ses belles saveurs perdurent un bon moment; un rosé hors-normes que l'on peut inviter à sa table; l'inventaire s'épuise rapidement, dépêchez-vous!



L'Irréductible, rosé, Domaine de la Bégude, Bandol, 2016, France

Cépages:  90% Mourvèdre, 10% Grenache
Code #:    13622571
Prix:          38,50$
Alcool:      13% 
Sucre:       inconnu (sec)
Culture:   Agrobiologique
Servir:      10-12° C
Carafe    15-20 min.
À boire:    2019-2023




Les raisins pour ce vin ont été vendangés à la main sur des vignes n'ayant fourni qu'un rendement d'une vingtaine d'hectolitres à l'hectare. Il a été élevé sur ses lies fines durant deux mois. Il s'agit d'un vin rosé de garde, ce qui n'est pas commun. Si consommé prochainement, il est recommandé de la passer en carafe pour qu'il déploie toutes ses flaveurs.

Ce vin sera présenté aux participants de la 24e édition du Club des Dégustateurs de Grands Vins de novembre prochain. Les chanceux!

Production: 5,000 bouteilles

Inventaire: au 18 juillet 2019, dans 2 succursales Signature (Montréal et Québec).


Tataki de thon rouge au sésame, légumes, fleurs comestibles
Crédit: www.restaurant pasco.com

Affichant une robe corail soutenu, ce vin rosé de Provence possède une teinte plus foncée que la plupart des vins rosés de cette région; il en émane des parfums de fraise, de framboise et de poivre léger; la bouche révèle une belle matière serrée, propulsant les saveurs fruitées vers l'avant lesquelles perdurent un bon moment; sa puissance contenue présage d'un certain potentiel de conservation en cave; un vin rosé pour les amateurs avertis et avisés.



Liste des vins suggérés pour cette semaine


Cette semaine, je vous recommande 5 bons vins (2 blancs, 1 rosé, et 2 rouges) de moins de 20$, en provenance de la France et de l'Italie, dont les prix varient de 8,90$ à 28,00$.