Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Il n'y a pas de petites vidéos énervantes qui démarrent toutes seules, ni aucune publicité. Il est donc libre et indépendant de toutes influences externes. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, est membre de la FIJEV (Fédération Internationale des Journalistes et Écrivains des Vins et Spiritueux). Il ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher sur ce blogue

Article en vedette

<b>Votre vin a-t-il la gueule de bois?</b>

vendredi 1 juin 2018

Connaissez-vous le programme "Pépinière" de la SAQ?


NOTE: Ce texte a aussi été publié le 31 mai 2018 dans le HuffPost Québec (voir ici).

Une nouvelle façon de choisir une partie des nouveaux vins courants!




Si les détails de ce programme ne vous sont pas familiers, rassurez-vous. La plupart des chroniqueurs vin ignorent tout à son sujet, de même qu'une majorité des employés de la Société des Alcools du Québec.

Il faut dire qu'il y a beaucoup de journalistes de plusieurs des grands médias du Québec qui ne se contentent que de relayer presque mot pour mot, les communiqués officiels qu'ils reçoivent.

Ça ne demande pas beaucoup de recherches. Dans le cas du programme Pépinière, la SAQ a joué à date le profil bas, n'émettant aucun communiqué à cet égard.

Nous allons donc immédiatement remédier à cette situation puisque je suis le développement de ce programme depuis ses tout débuts.

Historique

Le répertoire de la SAQ compte, bon an mal an, environ 1,100 produits courants ou réguliers dans son répertoire. Ce sont ceux qui sont généralement mis en évidence au centre des magasins. 


Depuis de nombreuses années, le monopole d'état faisait la sélection de ses vins courants à l'aide d'une grille de sélection conçue par elle, et qui a évoluée au fil du temps.

J'ai souligné à quelques reprises dans le passé, la prépondérance accordée par cette grille aux critères financiers (budget promotionnel, etc.) et la faible pondération en regard de la qualité intrinsèque des produits. On a par la suite tenté d'apporter quelques ajustements à cet effet afin de l'améliorer (ex: les points pour la qualité sont passés de 5 à 10 sur un total de 100).

Mais depuis peu, la SAQ utilise une nouvelle méthode pour sélectionner une partie de ses vins courants.

Le programme Pépinière

Après l'avoir testé en juin 2016 sur une dizaine de produits, la Société des Alcools du Québec a lancé le 8 décembre 2016, une première invitation aux agents promotionnels, à lui soumettre des vins qui, selon certains critères, pourraient devenir des produits courants (voir ici).

Deux opérations de 6 mois chacune ont eu lieu en 2017 avec 25 produits. Ceux qui sont le plus performants deviennent automatiquement des produits courants, une catégorie très convoitée au près des producteurs et de leurs agents car ses vins se retrouvent dans un plus grand nombre de succursales.

Notons que les vins qui participent au programme Pépinière sont distribués uniquement dans une quarantaine de succursales du Québec, sur les quatre cents quelques que comptent le réseau. Celles-ci sont déterminées par la SAQ. 

  
Depuis 2018, ce programme s'est transformé en processus continu, le rendant plus flexible.  La période d'évaluation des produits a passé à 4 mois. On vise ainsi l'introduction d'environ 35 nouveaux produits par année grâce à celui-ci.

Puisque de ses 1,100 vins courants la SAQ en retire une centaine annuellement parmi les moins performants, le programme Pépinière contribue déjà au tiers de ces remplacements. Je ne peux que souhaiter que ce pourcentage augmente dans un proche avenir.

Vous trouverez d'autres détails et précisions ici, dans l'échange de questions et réponses que j'ai eu récemment à cet égard avec le service des affaires publiques de la SAQ, et que je désire remercier pour leur collaboration.

Quelques bons côtés

Si vous avez saisi l'essence du fonctionnement de ce programme, vous avez compris qu'il s'agit en fait de la méthode qu'utilisent bon nombre d'entreprises avant de lancer de nouveaux produits, soit celle du marché test (test market en anglais), qui est un type particulier d'étude de marché.

Ici, c'est le consommateur qui décide s'il aime ou non les produits qu'on lui propose. Il s'agit selon moi d'une manière plus démocratique de procéder que celle de l'attribution de points par des non-utilisateurs dans une grille d'évaluation.


Afin d'inciter les agents à proposer des vins intéressants, on impose pour les produits qui ne sont pas retenus, une pénalité de 25% de leur prix d'achat aux fournisseurs. La compétition est ainsi sérieuse et féroce. Les prix de vente au détail proposés ont donc intérêt à être bien aiguisés!

En date de ce jour, environ deux tiers de vins participants (68%) ont eu des performances de ventes suffisantes pour rencontrer les exigences de la SAQ.

Petite recommandation

Tel que mentionné au tout début, hormis les directeurs de succursales et quelques conseillers en vin, bon nombre des employés travaillant à la vente semblent ignorer l'existence même de ce programme. De plus, les vins en question ne sont pas spécifiquement identifiés et sont placés parmi tous les autres vins courants avec la seule mention: Nouveauté.

Je crois qu'il pourrait être intéressant de les regrouper et de les placer dans une section spécialement identifiée, comme il en existe déjà pour d’autres usages, que l'on pourrait nommer La pépinière SAQ.


En plus de faciliter le travail des employés, les consommateurs serait sans doute ravis et enchantés de savoir que leurs décisions d'achat sont prises en compte dans le choix des futurs vins courants de la SAQ. Cela serait beaucoup plus excitant qu'en ce moment où cela se passe à l'insu d'un peu tout le monde.

Quelques récentes nouvelles additions

Tout ceci est bien beau, mais il importe aussi se demander si le consommateur, dans le cadre de ce nouveau programme, a généralement fait de bons choix. En d'autres mots, cette formule fonctionne-t-elle?

Et bien, il semblerait que oui, si l'on se fie à ces quelques exemples de vins qui ont récemment trouvé une place parmi le répertoire des produits réguliers, grâce au programme Pépinière:





 





Pas mal du tout. Bravo aux clients! De belles additions, dont plusieurs en bas de 15$. Heureux hasard ou pas, j'ai parlé en bien de plusieurs de ces vins sur le blogue du Club des Dégustateurs de Grands Vins, pendant leur participation au programme Pépinière. Il y a des agences qui ont plus semble-t-il, plus de flair que d'autres.

Quels vins s'affrontent?

Si vous avez suivi le lien ci-dessus menant aux réponses fournies par la SAQ, vous avez appris que celle-ci n'a pas consenti à divulguer la liste des vins qui font présentement partie de ce programme. Ce sont semble-t-il des informations commerciales confidentielles entre la SAQ et ses fournisseurs/agents. Je ne comprends pas trop la raison, mais bon. Espérons un changement de ce côté.

Nous savons par contre que leur nombre tourne autour de 25. Recevant à chaque semaine de nombreux échantillons de la part des agences promotionnelles, j'ai pu ainsi en identifier quelques uns.


J'ai ensuite parcouru une partie du répertoire des vins de la SAQ sur leur site internet afin de voir les vins qui me sont inconnus, tout en n'étant présents que dans une quarantaine de succursales.  J'en ai trouvé ainsi quelques autres, bien que cette méthode ne soit évidemment pas infaillible.

Pour accéder à la liste des des vins que j'ai identifiés qui pourraient, par vos achats, devenir bientôt de futurs produits courants, cliquez ici.

Si vous les aimez, rachetez-en et parlez-en à vos amis! La SAQ et les consommateurs ont tous intérêt à ce que les vins référencés, peu importe la catégorie à laquelle ils appartiennent, soient de la plus haute qualité.


Suggestions de vins de la semaine: 

Puisque ce billet traite des vins courants de la SAQ, en voici quelques uns qui ne sont pas piqués des vers.

On y retrouve 5 vins (2 vins blancs et 3 rouges), en provenance de 3  pays, soit de la France, de l'Espagne et des États-Unis (Californie), à des prix variant de 10,60$ à 18,60$.


Télécharger la liste





Aucun commentaire:

Publier un commentaire