Google Translate

Bienvenue sur ce site GRATUIT et SANS PUBLICITÉ sur les bons vins du monde entier

Pour les amateurs de vin qui prennent leur plaisir au sérieux!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.



À propos de ce blogue | Qui sommes-nous? | L'auteur

Rechercher sur ce blogue

Observez-vous les 10 Commandements du Vin?

<b>Comment identifier les vins trafiqués?</b>

vendredi 27 novembre 2015

Gevrey-Chambertin, Sérafin père et fils, 1998, France


Cépage:      100% Pinot Noir
Code #:      épuisé*
Prix:            65,00$*
Alcool:       13%
Sucre:        2,5 gr/litre
Servir:       17° Celsius

*millésime 2011 présentement disponible (voir ici)
**acheté il y a quelques années de la cave du Bistro à Champlain

Ce domaine a été créé en 1947 par Stanislas Sérafin et il a été repris par ses enfants et petits-enfants, et agrandi par son fils Christian.

Jusqu'au début des années 90, la production était surtout destinée à des clients privés en Suisse. Mais depuis une vingtaine d'années, le domaine exporte ses produits à l'extérieur de l'Europe, dont le Canada.

Les prix des vins de cette maison ont, comme la plupart des vins de Bourgogne, sensiblement augmenté au cours de la dernière décennie. Je ne me souviens pas cependant d'avoir jamais été déçu par un vin de ce producteur. 

On pratique la taille courte pour la vigne, l'ébourgeonnage, la vendange verte, et l'effeuillage.

Après la vendange manuelle, on égrappe généralement en totalité les raisins et on pratique une fermentation à température plutôt élevée, soit 34° C environ. Il en résulte des vins charpentés et complexes. Alors que ces vins de grand cru et de premier cru sont élevés dans des barriques neuves de chêne à 100%, ce Gevrey-Chambertin Villages le fut dans des barriques neuves à 70%, le reste étant dans des fûts de second usage.

Issu d'un millésime correct mais moyen, un Gevrey-Chambertin Villages comme celui-ci a habituellement une espérance de vie qui avoisine entre 8 et 12 ans. À 17 ans, est-ce que celui-ci a su tenir bon?

Ravioli de ris de veau, foie gras poêlé, sauce aux cèpes

 Notes de dégustation:

Typique d'un bourgogne âgé, ce vin se dévoile maintenant avec une robe rubis clair et orangée; les arômes sont tertiaires et très subtils (écorce d'agrumes mûrs et autres odeurs végétales, cannelle); la bouche se révèle soyeuse et parfaitement fondue; un vin plus long que large en bouche; en fait, il tient présentement sur le fil du rasoir, étant très près de basculer, lentement mais sûrement, vers son déclin; mais pour le moment, il procure encore beaucoup de réflexion...et de plaisir! Pour les palais raffinés; la preuve que l'élégance et la finesse l'emportent toujours sur la force et la puissance.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire