Google Translate

Bienvenue à l'un des rares sites francophones d'information sur les vins de qualité du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

Le vin de l'émission Tout le Monde en Parle du 19 mars 2017

jeudi 13 octobre 2016

Robert Mondavi, un homme de vision et de passion


NOTE: Ce texte a aussi été publié le 13 octobre 2016 dans le Huffington Post Québec (voir ici).

Puisque fondée en 1966 par Robert Mondavi, la maison vinicole de Californie qui porte son nom, célèbre donc cette année son 50è anniversaire.

Qui en effet, n'a pas au moins une fois dans sa vie, goûté à l'un des vins de ce producteur californien?

Les débuts 

Né en 1913, Robert Mondavi fait partie d'une famille italienne qui a émigré en 1908 aux États-Unis et qui vit alors dans la ville de Virginia, dans l'état du Minnesota. Celle-ci déménage ensuite à Lodi en Californie.

En 1966, il fonde la Robert Mondavi Winery dans le but de produire des vins d'aussi bonne qualité que les meilleurs vins de l'Europe. Peu de personnes auraient pu imaginer que cet homme alors âgé de 53 ans, parviendrait en quelques décennies à contribuer de manière aussi grandiose au développement de la renommée des vins californiens.


Alors que les consommateurs des États-Unis n'avaient qu'une connaissance rudimentaire en matière de vin, M. Mondavi, influencé par le mode de vie européen hérité de ses parents, s'attela à développer chez ses compatriotes l'habitude d'en consommer à table. Selon lui, le vin avait joué un rôle important dans l'histoire de la civilisation, et il désirait en propager les bienfaits au plus grand nombre.

On peut affirmer qu'il a certes réussi à atteindre cet objectif, puisque les États-Unis d'Amérique représentent aujourd'hui le premier marché mondial pour le vin.

À la fin des années 80, il mit sur pied un programme pour faire contrepoids aux campagnes anti-alcool qui prenaient forme partout dans le monde, certaines personnes ignorantes ou bien intentionnées confondant souvent le vin avec les spiritueux. Ceci permit d'éduquer les médias, l'industrie et les consommateurs, à propos des avantages pour la santé d'une consommation modérée de vin.

Vision et passion

Robert Mondavi avait compris qu'il y avait en Californie et dans la vallée de Napa, un climat, des sols, et des personnes compétentes pour élaborer de très bons vins. On peut dire que dans le monde du vin américain, il y a eu la période d'avant Mondavi, et celle d'après.

Vue du célèbre vignoble de To Kalon

Son flair l'amena à acquérir dès ses tous débuts, quelques hectares d'un domaine nommé "To Kalon" qui avait été planté vers la fin des années 1800 par Hamilton Walter Crabb, l'un des pionniers de la viticulture dans la vallée de Napa. Ce sol peu fertile d'argile et de glaise, caillouteux et riche en alluvions, s'avéra être l'un des meilleurs de la région. 

Réalisant l'importance du marketing, c'est lui le premier qui eu l'idée de commercialiser ses vins en mettant le cépage à l'avant-plan, plutôt que celui d'une région ou d'une appellation comme en Europe. 

Les autres pays du Nouveau Monde (Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Chili, Argentine) ont suivi son exemple avec le succès que l'on sait. Cette initiative a permis aux consommateurs de vin du monde entier, de relier un goût spécifique à un cépage.

Si la fermentation à froid en cuves inox et l'élevage de certains vins en petits fûts de chêne français étaient peu courants en Californie vers la fin des années 60, ce n'est plus le cas aujourd'hui grâce au sens de l'innovation de M. Mondavi.

Et que dire de ce partenariat avec la NASA qui permet une agriculture de précision. Cette technologie d'imagerie aérienne fournit des données pour calibrer l'émondage, l'irrigation, les luttes antiparasitaires, permettant d'améliorer la qualité du vin.

Les personnes désirant avoir un résumé de l'héritage de Robert Mondavi, pourront regarder cette vidéo (en anglais).


Premier succès

Le premier succès commercial de ce domaine fut un vin de Sauvignon Blanc sec (beaucoup des vins californiens de ce cépage à l'époque étaient plus ou moins sucrés) élevés en fûts de chêne. Commercialisé sous le nom de Fumé blanc, ce vin se vendait à l'époque pour la faramineuse somme de ... 1,79$!

La qualité augmentant (et la notoriété aussi), ce vin se détaille aujourd'hui 26,00$ au Québec (voir ici).

La réputation de ses vins haut de gamme étant maintenant établie, Robert Mondavi démarre en 1979 un nouveau domaine à Lodi cette fois, nommé Woodbridge. Le but est de commercialiser des vins  de type monocépage à prix très abordables. Cette gamme d'une douzaine de vins connaît immédiatement un grand succès.


Un rassembleur

Ne se contentant pas de tisser des liens avec ses autres collègues vignerons de Californie, cet homme au charme indéniable, a en créé d'autres avec des producteurs renommés de d'autres pays, afin de rapprocher la filière vinicole américaine du reste du monde.

Son programme culinaire Great Chiefs a fait connaître aux Américains de grands noms de la gastronomie, tels Paul Bocuse et Joël Robuchon.

Il démarre à Oakville en 1979, un nouveau domaine avec le baron Philippe de Rothschild qu'il côtoie depuis quelques temps, appelée Opus One. Le vin qui en résulte, considéré comme l'un des grands vins de Californie, obtient un succès immédiat. Les nouveaux millésimes de ce vin se vend de nos jours au-delà de 400,00$.

Cette entreprise, principalement grâce à l'épouse de M. Mondavi, Magrit Biever Mondavi, s'est de plus impliquée auprès d'institutions culturelles et éducatives par l'octroi de nombreuses et généreuses donations.

En 2001, grâce à leur appui, naît Copia, un centre novateur de classe mondiale où le vin, la gastronomie et les arts sont à l'honneur. En 2002, un généreux don personnel de leur part à l'université Davis de Californie, permet l'ouverture d'un centre des arts de la scène sur le campus.

Le 50è anniversaire

En la présence de Eugene Mlynczyk, un Master of Wine, j'ai eu la chance de savourer le 4 octobre dernier, accompagnés d'un délicieux repas, plusieurs vins de cette maison, incluant une verticale du Cabernet Sauvignon Reserve, dans les millésimes, 2013, 2012, 2007, 1996, 1980 et 1975.


Pour les personnes qui se posent la question, le Cabernet Sauvignon Reserve 1975, un modèle d'harmonie achevée selon moi, était loin d'avoir rendu l'âme, ayant encore quelques bonnes années devant lui. Ce fer de lance de la maison se vend ici à sa sortie pour 137,75$ (voir ici). Pas si mal lorsque l'on sait que ce vin se vin 155,00$ US au domaine.

On compte une trentaine de cuvées dans le répertoire de ce producteur. Il y a présentement 16 de ceux-ci qui sont disponibles au Québec et ce, à compter de 11,95$. Cette gamme a pour but de répondre à toutes les préférences et tous les budgets.


Pour accéder aux fiches de ces produits


Du nouveau très bientôt

Afin de souligner le 50è anniversaire de l'entreprise, un nouveau vin appelé Maestro, sera bientôt distribué au Québec, soit vers le 1ier novembre prochain.

Il arborera le millésime 2013 et sera constitué de 59% de Merlot, 25% de Cabernet Franc, 7% de Cabernet Sauvignon, 6% de Petit Verdot et 3% de Malbec, en provenance de différentes régions de la vallée de Napa. Les raisins ont été récoltés à la main et vinifiés avec le plus grand soin. Il a été élevé pendant 21 mois en fûts de chêne français, neufs pour 7% d'entre eux. On en a produit 18,000 caisses et il devrait se vendre ici 50,00$ (code #12950476).


Pour y avoir goûté, je puis affirmer qu'il s'agit d'un vin très souple, fruité et savoureux, présentant déjà un fondu parfait entre le fruit et le bois. Il pourra sans problème se conserver au cellier au moins 7-8 ans au besoin.

En terminant

Pas facile de faire un résumé concis d'une histoire qui dure depuis plus d'un demi-siècle. Le but ici était avant tout de souligner le formidable développement qu'a connu cette entreprise durant cette période.

M. Mondavi est décédé en 2008, à l'âge vénérable de 94 ans. Son épouse Magrit s'est éteinte en septembre dernier; elle avait 91 ans.

Évidemment, tout ne fut pas toujours rose. Des nombreux obstacles ont parfois surgi ainsi que d'inévitables conflits familiaux. Mais ce qui importe, c'est la leçon que nous laisse M. Mondavi, soit que lorsque l'on suit ses rêves et sa passion, tout devient possible, et même plus que ce qu'on l'on pouvait espérer.

La destinée de cette maison repose maintenant entre les mains de l'entreprise Constellation Brands qui, en 2004, a acheté la Robert Mondavi Winery, pour la somme de 1,36 milliard de dollars américains.

On doit reconnaître que le nouvel acquéreur a su, depuis les 12 dernières années, respecter la philosophie du fondateur. Grâce à son réseau de distribution bien établi, les vins de Robert Mondavi ont accru leur présence dans le monde. La grande aventure se poursuit toujours.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire