Google Translate

Bienvenue à l'un des rares sites francophones d'information sur les vins de qualité du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Comment conserver du vin chez soi</b>

jeudi 17 septembre 2015

Les vins de Grèce du nord et du sud
(suite et fin)


Note: Ce texte a aussi été publié le 17 septembre 2015 dans le Huffington Post Québec (voir ici).

Notre périple en Grèce nous amène cette fois-ci chez deux producteurs de vin situés dans deux îles du sud de ce pays, soit la Crête et Santorin.

Nous avions en effet fait le portrait du domaine Pavlidis qui se trouve dans la région nord-est de la Grèce, dans notre billet de la semaine dernière.

En route vers la Crête

Nous nous y sommes rendus par vol d'avion en partance de Thessanoliki jusqu'à l'aéroport d'Héraklion, la capitale de la Crète.

Cette île, qui est la plus méridionale de la Grèce et aussi celle dont la superficie est la plus imposante de l'archipel de ce pays, a connu une histoire mouvementée. Elle a été à tour de rôle sous domination grecque, romaine, byzantine, vénitienne, et ottomane (arabe - de 1669 à 1913). Elle ne fait donc officiellement partie de la Grèce moderne que depuis 1913.

On peut voir ci-dessous les vestiges d'une ancienne villa datant du Moyen Âge avec des installations à l'intérieur pour produire du vin.


La Crête est située à égale distance de la Grèce continentale et de la côte africaine et est occupée par environ 600,000 habitants. L'économie de cette île se porte bien, les revenus découlant principalement de l'agriculture, la culture maraîchère, l'huile d'olive, la culture de la vigne (raisins de table et de cuve), ainsi que l'industrie touristique, en croissance constante depuis les trente dernières années. 

Il faut dire que l'on y a développé des installations touristiques intéressantes et que les paysages valent le détour.



Signalons la présence sur cette île d'une série de massifs montagneux plutôt élevés, dont le plus haut sommet culmine à plus de 2,200 mètres.  Son substrat géologique est majoritairement calcaire.



Cette particularité permet d'établir des vignobles en altitude permettant ainsi aux vignes crétoises de bénéficier d'une certaine fraîcheur dans ce climat qui est le plus chaud de ce pays. La production vinicole de cette grande île représente environ 15% de la production totale de la Grèce.

Alimentation

Tout comme pour la région de la Macédoine, on pratique en Crête un régime essentiellement méditerranéen.


De nouveau, légumes frais, fruits de mer, poissons et fromage feta sont omniprésents. Ainsi, il semble que chaque région de ce  pays semble posséder sa version de la salade grecque et celle-ci n'y fait pas exception, comme nous avons pu le voir sur les photos précédentes de ce reportage.

Pour ce qui est de la viande, outre l'agneau qui représente un plat de qualité, la viande la plus populaire et consommée en Crête semble être le porc, servi fumé la plupart du temps, sous diverses déclinaisons.




(1) Site internet                                                        (2) Site internet


LE DOMAINE LYRARAKIS

Ce domaine a démarré ses activités en 1966. Toute la production était alors vendue en vrac.

En plus des raisins récoltés dans les vignobles que possèdent ce producteur, on achète ceux d'environ 126 fournisseurs locaux avec lesquels on fait affaire depuis longtemps et qui produisent selon les normes établies par la maison.

Avec l'arrivée de la deuxième génération aux commandes, on a commencé en 1992 à embouteiller plusieurs vins à la propriété. On était confiant que la qualité des produits pouvait rivaliser avec celle qui prévalait à l'international. Et avec raison.

Le vignoble qui appartient en propre au domaine compte environ 14 hectares. Il est situé au nord du petit village d'Alagni à une altitude de 470 mètres et plus. Les sols, à l'image de l'île, sont majoritairement composés d'argile et de roches calcaires, tel qu'on peut le voir sur la photo de droite ci-dessous.


L'une des caractéristiques les plus intéressantes à mon point de vue au sujet du domaine Lyrarakis c'est qu'au moins une dizaine des ses vins sont élaborés avec uniquement un seul cépage. Ces vins de type monocépage permettent vraiment de saisir la personnalité du raisin à partir duquel ils sont vinifiés.

Et ceci est d'autant plus précieux lorsque l'on aborde des cépages typiquement grecs dont certains étaient en voie de disparition avant que ce domaine ne les ressuscite. Citons à titre d'exemples deux cépages blancs, le Dafni et le Plyto.

Deux œnologues et deux viticulteurs travaillent à temps plein pour assurer un bon contrôle de la qualité. Grâce au climat de l'île, l'utilisation des produits chimiques n'est pas nécessaire. C'est d'ailleurs pourquoi on peut apercevoir sur la photo ci-contre à droite, la présence d'au moins dix escargots sur le piquet de palissage.

Aujourd'hui, plus de la moitié de la production est vendue embouteillée, soit environ 300,000 bouteilles au total.

En 2004, on a construit un magnifique cellier  où reposent les barriques de vin qui nécessitent un élevage sous bois. Les visiteurs peuvent pour leur part découvrir les vins de ce producteur dans une belle salle de dégustation mise à leur disposition.


Les vins du domaine Lyrarakis

La gamme complète des vins de cette maison compte une quinzaine de vins. En voici quelques uns que j'ai sélectionnés pour diverses et bonnes raisons.

Vins blancs

Vilana 2014

Voici une belle occasion à ne pas rater de découvrir ce délicieux cépage grec fruité et rafraîchissant, vendu à prix doux. Ce vin à la robe de couleur citrine dégage de beaux et légers arômes de pêche et d'agrumes. Vous ressentirez un certain volume en bouche, créé par sa souplesse et sa texture légèrement grasse. Plaira à un grand nombre, assurément. 

Pour le moment, ce vin est l'unique représentant de ce cépage disponible dans les succursales du monopole. On peut cependant prévoir que les quantités fondront rapidement car c'est un bel achat à 13,50$ (voir ici) 


Assyrtiko, 2014 

Un très bon rapport qualité/prix que ce vin élaboré à l'aide de raisins d'Assyrtiko dont les vignes poussent, si je ne me trompe pas, dans la région de Sitia à Lassithi. Un vin de couleur jaune doré clair, doté de parfums délicats de fleurs blanches et de citron, avec une pointe minérale.  Poissons et fruits de mer, bienvenus!

Pas cher à 19,55$ pour un vin de cette qualité. Il n'en reste presque plus cependant mais consolez-vous, on en attend de nouveau vers la fin du mois d'octobre, début novembre (voir ici).


Les deux vins blancs qui suivent sont élaborés avec des cépages inconnus pour le commun des mortels car ce sont des cépages autochtones quasiment disparus que l'on a recommencé à planter. Restaurateurs recherchant de la nouveauté, soyez aux aguets!

Plyto, 2014 

Dieu merci, ce cépage a été sauvé. Il aurait été fort dommage qu'il ne disparaisse complètement car on a ici un vin blanc très intéressant à la robe jaune clair dont les parfums font penser aux fleurs blanches et aux agrumes. Un vin souple avec de la finesse et une bonne longueur qui pourra accompagner les fruits de mer, les viandes blanches et certains fromages.

Sera disponible à 18,95$ en importation privée au mois de novembre.


Dafni, 2014

Goûter à ce vin blanc représente une expérience gustative hors de l'ordinaire! Il est très aromatique avec ses notes prononcées de laurier et de romarin. Il procure ainsi une bouche des plus fraîche et créera des alliances intéressantes avec les hors d’œuvres, salades et fruits de mer. Les aventuriers recherchant de nouvelles saveurs en raffoleront.

Sera disponible à 21,95$ en importation privée au mois de novembre.



Vin rouge

Kotsifali, 2014

Comment ne pas apprécier un vin si convivial, souple et joliment fruité? Il en émane même un tantinet de classe et de raffinement avec ce léger parfum rappelant vaguement le cuir. Idéal pour ceux et celles qui n'aiment pas leurs vins rouges trop puissants ou tanniques. La bouche de celui-ci est souple et bien fondue, le plaçant dans la catégorie des vins intéressants et accessibles à la fois.

Prenez note à votre agenda de vérifier vers le début du mois d'octobre l'arrivée prévue de 225 caisses  de vin à 13,55$ qui s'envoleront en quelques semaines (voir ici).


La féérique île de Santorin

Nous nous dirigeâmes par la suite vers notre destination finale, l'île de Santorin. Nous utiliserons l'aéroport de l'île seulement pour le retour, lors d'un vol vers Athènes. Pour nous y rendre à partir de la Crête, nous avons utilisé un ferry pouvant naviguer à grande vitesse et qui effectue le trajet entre ces deux îles en deux heures environ. 


Cette île est située à mi-chemin entre la Crête et la Grèce continentale puisque 230 kilomètres la sépare du continent et 200 kilomètres de l'île de Crête. Celle-ci est aussi l'île située la plus au sud de l'archipel grec des Cyclades. 

Il faut savoir que cette île qui était plus grande et ronde que de nos jours, a connu un cataclysme épouvantable autour de 1,600 ans avant Jésus-Christ, lorsque volcan (encore actif!) qui se trouve dans ce qui est de nos jours la baie de Santorin, fit irruption et  en détruisit environ la moitié. Cette tragédie eut pour effet de modifier la configuration de cette île ainsi que la composition de son sol.


On peut apercevoir au centre de la baie, la caldeira avec l'île de Nea Kameni qui constitue la partie émergée et toujours active du volcan.


Cette île porta au cours de son histoire différents noms. Le premier fut Kallisti (la plus belle), puis Théra, nommé ainsi en l'honneur de Théras, fondateur de la ville du même nom venu de Thèbes. Les Vénitiens qui l'occupèrent à partir du 13è siècle la baptisèrent Santorini en l'honneur de Sante Irène (Santa Irini) qui évolua par la suite au nom d'aujourd'hui.

Cette île fut officiellement rattachée à la Grèce en 1840 et reprit alors le nom de Théra, qui est son nom officiel. Mais tout le monde la connaît sous le nom de Santorini (Santorin en français).

La viticulture à Santorin

Celle-ci remonte à plus de 3,500 ans de notre ère (- 1,500 ans avant Jésus-Christ) soit près de cent ans après l'éruption volcanique, alors que l'île se repeuple peu à peu. Ce vignoble est sans doute l'un des plus anciens au monde parmi ceux encore en activité de nos jours.

La vigne ne trouve ici presque aucune matière organique. Elle doit planter profondément ses racines dans le sol volcanique de l'île, composé principalement de pierres ponces, de cendres et de pierres (noires) de lave, dont l'épaisseur atteint de 30 à 60 mètres.  Voici des échantillons que j'ai rapportés.


La pierre ponce, avec sa très faible densité (elle peut flotter sur l'eau!), retient l'humidité dans le sol et en alimente ainsi la vigne. Ce sol particulier fit en sorte que le puceron dévastateur nommé phylloxéra n'a jamais pu s'implanter sur cette île. On cultive donc les vignes francs de pied, sans qu'il ne soit nécessaire de les greffer sur des pieds de vignes américains, lesquels sont immunisés contre ce parasite.

Les principaux cépages cultivés à Santorin sont pour les blancs, l'Assyrtiko, l'Aidani et l'Athiri, et pour les rouges, le Mavrotragano, le Mandilaria et le Voudomato (œil de bœuf).

Les vins blancs représentent 80% de la production de vin de l'île, et 20% pour les vins rouges.

Tourisme et restauration

Avec ses paysages naturels spectaculaires, ses jolies petites maisons blanches, son climat méditerranéen, ses plages et sa restauration de qualité, l'île de Santorin représente une destination touristique reconnue mondialement.


Environ 14,000 personnes habitent cette île à l'année. Le nombre de touristes qui viennent visiter l'île durant la saison touristique, soit de la mi-mai jusqu'à la mi-octobre, varie de 400,000 à 500,000 par année!

Voilà pourquoi de nombreuses personnes qui travaillent dans les divers lieux touristiques de cette île (hôtels, magasins, restaurants, etc.) durant cette période viennent de la Grèce continentale et retournent chez eux par la suite.

Bien que les prix durant la haute saison soient un peu plus élevés que ceux pratiqués sur le continent, ils demeurent tout de même raisonnables, surtout au niveau de la restauration.


(1) Site internet                              (2) Site internet



LE DOMAINE SIGALAS


Quoi de mieux pour terminer ce beau voyage que de visiter un domaine traditionnel, de plus en plus reconnu internationalement, et qui confectionne des vins de milieu et de haut de gamme?

Au fil des générations, les viticulteurs de Santorin ont développé un style de taille de la vigne dite "en couronne" afin qu'elle demeure très basse et de forme circulaire. Ceci permet de protéger les fruits de deux choses: les forts vents du printemps et du soleil quasi-constant en été.


Le vignoble de Santorin ne couvre que 1,400 hectares au total, soit moins que 1% du vignoble de la Grèce. C'est pourquoi la plupart des producteurs optent pour la qualité plutôt que la quantité, seule façon de se démarquer.

Le domaine Sigalas qui compte une vingtaine d'hectares, est situé au nord de l'île dans la plaine du village de Oia. Il a été fondé en 1991.  On améliora en 1998 les installations au niveau de l'embouteillage et de la conservation du vin. 

Le principal actionnaire est M. Paris Sigalas (voir photo ci-contre) qui s'exprime dans un excellent français. Il nous expliqua que l'on utilisait à Santorin le marcottage afin de produire de nouveaux plants à partir d'un cep âgé. On obtient ainsi une plante semblable à l'original. Il n'est pas rare dans cette île que les vignes vivent cent ans et beaucoup plus.

De ces vieilles vignes découlent forcément une production plus petite (entre 20 et 30 hl/ha) mais de qualité.

Prenez quelques minutes pour visionner cette vidéo qui vous expliquera la culture de la vigne au domaine Sigalas sur cette île hors de l'ordinaire:



Le domaine Sigalas produit annuellement 300,000 bouteilles environ, lesquels sont exportés dans plus de 16 pays, dont 10 pays européens, la Chine, le Japon, l'Australie, les États-Unis, et bien sûr le Canada.

La gamme de ce producteur se décline en une quinzaine de produits que nous avons eu le loisir de goûter, incluant une verticale de 5 millésimes, de 2014 à 2003, du vin Assyrtiko du domaine.


Voici quelques informations et notes de dégustation à propos de 4 de ces vins. Notez qu'il s'agit tous de vins blancs et que 3 de ceux-ci sont parfois disponibles au Québec.

Aidani, 2014

Je n'avais jamais eu l'occasion de boire un vin tranquille uniquement élaboré avec ce cépage, lequel est habituellement assemblé avec d'autres, dont  l'Assyrtiko. Et pour cause, car ces vins sont habituellement produits en petites quantités (4,000 bouteilles pour celui-ci) et aucun n'est disponible au Québec. Dommage, car il s'agit d'un vin passablement fougueux, avec une belle acidité et une belle longueur.

~ 20$ non disponible ici



Assyrtiko/Athiri, 2014

Quel joli vin d'apéro fin et élégant! Grâce à un élevage de 4 à 6 mois sur ses lies, ce vin glisse sur la langue et le palais, tout en vous rafraîchissant la bouche. Discrets parfums d'agrumes mûrs. Bouche équilibrée avec une belle finale légèrement saline. On en fait 60,000 bouteilles et nous en aurons cet automne (100 caisses au début octobre ainsi que 100 autres caisses vers la fin du mois de novembre).

À 19,55$ bientôt dans une SAQ près de chez vous (voir ici).


Assyrtiko 2014

Voici le vin-phare, le fer de lance de la maison, avec lequel le domaine Sigalas s'est fait connaître mondialement. Ce vin est élaboré uniquement avec le cépage qui est né à Santorin avant de se répandre dans toute la Grèce, l'Assyrtiko. Un vin totalement méditerranéen, qui accompagne bien tout ce qui sort de l'eau, ainsi que les plats légers qui demandent de la fraîcheur et s'accommodent d'une pointe de sel. Issu de vignes de plus de 60 ans. Pas de doute, on est un cran au-dessus. On en produit 140,000 bouteilles par année.


La moitié des 200 caisses reçues le 19 août dernier sont déjà vendues; 200 autres seront disponibles vers la fin d'octobre, à 24,30$. À essayer! (voir ici).

Kavalieros, 2012

Pour ceux qui ne se contentent que du meilleur, il a ce vin. Élaboré à l'aide de raisins de très vieilles vignes (80 ans et plus) produisant un très faible rendement et qui poussent sur un vignoble du même nom, situé en altitude. L'ancien propriétaire de ce vignoble l'avait ainsi nommé "parce que cette parcelle domine les autres comme un chevalier". 

La quintessence de l'Assyrtiko, fin, droit, minéral au possible. Il peut vieillir quelques années et développera alors un certain gras. Élevé 18 mois sur ses lies. Il vous éblouira par sa franchise et son authenticité.

Le monde entier en veut. M. Sigalas nous en réserve bon an mal an, 600 bouteilles, car il nous aime bien. J'en ai fait provision et les membres du Club des Dégustateurs de Grands Vins y goûteront en novembre prochain.

La commande reçue il y a 3 semaines à peine s'épuise déjà dans le réseau. Hausse de prix autour de 40$ à prévoir l'an prochain due la demande. Maintenant disponible à 31$ (voir ici).



NOTE: Les frais de ce voyage ont été payés par l'Organisation Interprofessionnelle Nationale de la Vigne et du Vin, l'Union Européenne, ainsi que par les producteurs mentionnés dans ce billet et celui de la semaine dernière.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire