Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Savez-vous reconnaître un vin bouchonné?</b>

jeudi 12 décembre 2013

Les vins Julia Cellier bientôt dans tous les Couche-Tard du Québec



Note: ce texte a été publié en exclusivité le 12 décembre 2013 dans le Huffington Post Québec (voir ici).

Les vins Julia Cellier qui étaient depuis le début du mois de septembre dernier distribués dans les 180 Couche-Tard de l’est du Québec, le seront très bientôt dans l’ensemble du réseau québécois de cette chaîne de dépanneurs, soit plus de 520 succursales.

Nous vous avions d’ailleurs déjà informé par l’entremise de cette chronique il y a trois mois, de l’introduction chez Couche-Tard de six vins de l’embouteilleur Julia Wine. Ceci avait créé un certain remous médiatique, non seulement à cause de la campagne publicitaire qui mettait l’accent sur « la fin de la prohibition », mais aussi parce que certains des produits offerts se situaient dans une gamme de prix plus élevés que celle à laquelle nous étions habitués, soit de 14$ à 70$ et accessibles à la clientèle durant une plage horaire plus étendue que les magasins d’état. Une sorte de mini-révolution.

Il faut croire que l’expérience a été profitable pour tous, c’est-à-dire autant pour Julia Wine et Couche-Tard que pour les consommateurs car les ventes de vin dans les dépanneurs Couche-Tard de l’est du Québec qui proposent les vins de Julia Cellier (la marque de Julia Wine au Québec) seraient en hausse de 35 à 45%.


Je ne suis pour ma part guère surpris de ceci. Les 6 premiers vins que Julia Wine avait sélectionné pour les dépanneurs Couche-Tard étaient très bien dans l’ensemble et n’avaient pas de plus une grosse compétition à affronter. La gamme de vins d’épiceries et de dépanneurs ainsi que toute la législation qui entoure leur commercialisation, sont comme le reste de notre société, littéralement figées depuis plus de quarante ans. On a qu’à penser à des produits comme l’Auberge, l'Entrecôte, Notre vin Maison ou l’Harfang des Neiges, présents depuis les tous débuts, pour réaliser que pas grand-chose n’a bougé.

Les vins vendus chez Couche–Tard, qui respectent tous les points de la législation en vigueur (importés en vrac, embouteillés ici, aucune mention de cépage ou du producteur sur l’étiquette, etc.) sont non seulement différents de ceux que Julia Wine vend dans les Costco du Québec, mais aussi de ceux proposés par sa nouvelle filiale « Vins et cie » qui sont vendus par d’autres commerces licenciés (magasins d’alimentation, épiceries spécialisées, boucheries, etc.). Il y a présentement environ 140 commerces franchisés avec « Vins et cie » et l’on comme objectif d’en avoir plus de 500 pour Noël 2014.

Couche-Tard et Julia Wine ont parfois des façons de faire qui dérangent bien du monde. On ne peut pas plaire à tout le monde et cela fait partie de la vie. On a qu’à penser en septembre dernier à la saga du million de dollars dû à Julia Wine depuis plusieurs semaines  par la SAQ afin de l’obliger à révéler des informations confidentielles sur ses plans de développements futurs (sans doute à propos de Vins et Cie). Bien sûr la SAQ a farouchement nié devoir quoi que ce soit à Julia Wine mais lui a tout de même  émis moins de 24 heures après la sortie publique de l’entreprise et du billet que j’ai écrit à ce sujet, un chèque de plus de 750,000.00$  (voir ici) suivi d’un autre la semaine suivante pour le solde du montant à payer! Monopole quand tu nous tiens!

Mais revenons à nos moutons. Six nouveaux produits Julia Cellier seront disponibles dès le 13 décembre prochain dans tous les dépanneurs Couche-Tard du Québec et une tablette électronique reliée au site internet de Julia Wine sera installée près du présentoir afin que les consommateurs puissent avoir accès à toutes les informations pour chacun des produits. Ce sont toutes de nouvelles cuvées car les six premières qui étaient distribuées depuis septembre sont presque déjà épuisées. Mentionnons que les 520 dépanneurs Couche-Tard représentent un nombre plus élevé de points de vente que les succursales de la société d'état qui sont au nombre de 404.

J'ai eu l'occasion de goûter à cinq de ces six nouveaux produits en question. Je suis persuadé que quelques uns d'entre vous êtes curieux d'avoir un premier son de cloche sur leurs propriétés générales.  Je vous livre donc mes impressions sans plus tarder.



Julia Cellier, Lot #73, États-Unis, 2012

Cépages: 68% Chenin blanc, 9% Viognier, 23 % autres
Prix:  14,99$ (+taxes)
Région:  Californie
Zone:  Lodi
Service:  10-12° Celsius

Robe jaune pâle à légers reflets verts. Nez fruité (abricot), un peu mielleux avec une pointe de minéralité; suffisamment frais et sec et quelque peu racoleur; fait pour plaire au plus grand nombre et y réussira fort probablement; bon vin blanc passe-partout, souple avec une finale légèrement grasse; agréable et bien correct pour le prix.

Julia Cellier, Lot #74, Argentine, 2011

Cépage:  100% Malbec
Prix:  14,99$ (+taxes)
Région:  Mendoza
Zone:  Rivadavia
Service:  16° Celsius
Carafer:  20-30 min.

Le vin a une robe rouge rubis assez foncé; ses arômes tournent autour des petits fruits, tels la framboise et la mûre; la bouche est souple et bien fraîche; il possède une certaine personnalité grâce à une jolie petite amertume, une certaine minéralité, ainsi qu'une finale vanillée finement boisée; je lui prédis un beau succès.

Julia Cellier, Lot #75, France, 2012

Cépage: Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon
Prix:  99,99$ (+taxes)
Région: Bordeaux
Zone: Saint-Émilion
Service:  16-17° Celsius
Carafer:  30 min.

Pas encore dégusté, malheureusement.

Julia Cellier, Lot #76, États-Unis, 2012

Cépage:  majoritairement  Syrah
Prix:  17,99$ (+taxes)
Région:  Californie
Zone:  Lodi
Service:  16-17° Celsius
Carafer:  20-30 min.

Cet assemblage rhodanien arbore une couleur rouge rubis assez foncé; le nez timide se concentre sur la cerise et les arômes floraux; ce vin procure une bouche très souple et se boit très facilement; un peu plus charnu que le précédent; sa finale plus douce en fait aussi un vin plus facile et il y a de nombreux amateurs pour ce type de vin.

Julia Cellier, Lot #77, États-Unis, 2010

Cépage:  100% Merlot
Prix:  23,99$ (+taxes)
Région:  Californie
Service:  16° Celsius
Carafer:  20 min.

Vin à la robe rouge rubis moyen aux pourtours légèrement orangés; au nez, on perçoit des effluves de prune, de framboise et de menthe; il possède une bouche très fraîche; les tanins sont souples et il possède une bonne longueur en bouche; un peu plus complexe que les précédents; bien fait.

Julia Cellier, Lot #78, Chili, 2011

Cépage:  100% Syrah
Prix:  15,99$ (+taxes)
Région:  Vallée centrale
Service:  16° Celsius
Carafer:  20-25 min. 

Un vin avec une couleur rouge sombre et avec quelques reflets violacés; parfums de cassis, poivre, et tabac s'entremêlent à l'aération; la bouche exprime le fruit mûr et manifeste sa texture crémeuse au palais; légèrement plus corsé que les vins précédents, ce vin sera à son mieux avec un steak au poivre; beaucoup de vin pour le prix.

Comme je l’ai déjà dit à propos de leur première sélection de six premiers vins, ce n'est pas ce que j'en pense qui est le plus important, car ce sera en bout de ligne au consommateur à décider avec son portefeuille s’il juge cette offre intéressante.

La nouvelle officielle au sujet de l’augmentation du nombre de points de vente se fera par voie de communiqué qui devrait selon mes sources, parvenir aux médias le 13 décembre prochain. Mais grâce au Huffington Post Québec, vous l’avez appris avant tout le monde.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire