Google Translate

Bienvenue à l'un des rares sites francophones d'information sur les vins de qualité du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>À quelle catégorie de buveurs de vin appartenez-vous?</b>

mardi 29 décembre 2015

Cépages méconnus - Le Bovale Grande et le Bovale Sardo


Il existe deux types de Bovale, les deux principalement cultivés sur l'île italienne de la Sardaigne, au nord de la Sicile. Il y en a aussi un peu dans les Pouilles.


Grappes de Bovale Sardo
Source : www.enjoywine.com
Le premier est le Bovale Grande, aussi appelé Bovale di Spagna. L'ampélographie a récemment démontré que ce cépage est en fait du Carignan (Carignano), que les espagnols ont apporté alors qu'ils occupaient la Sardaigne de 1323 à 1720.

Nous avons déjà appris que les Espagnols avaient fait de même avec le cépage Grenache (Garnacha), appelé depuis Cannonau par les Sardes par la suite.

Pour compliquer un peu plus les choses, il existe un autre cépage dans cette île que l'on nomme Bovale Sardo (ou Bovale Piccolo). Certaines sources prétendent qu'il s'agirait d'un cépage autochtone de cette île. D'autres, qu'il s'agirait en fait du cépage espagnol Graciano, fait que l'ampélographie n'a pas semble-t-il encore démontré.

Les deux types de Bovale (Grande et Sardo) produisent des vins de consommation courante et sont généralement utilisés avec d'autres (Cannonau, Carignan, Monica) en assemblage.

Les faits

Il n'y a que 5 vins présents au Québec qui renferment ce cépage, le Bovale Sardo plus précisément (voir ici).

Les producteurs de ces vins sont Argiolas, Botter Carlo et Pala. Les vins de deux premiers producteur ne contiennent que peu de Bovale Sardo (de 5 à 15%). Celui de la maison Pala en a fait cependant son cépage dominant (80%). C'est celui qui est analysé en détail ci-après.

Il semblerait qu'il y a certains vins monocépage ("in purezza") de Bovale Sardo. Espérons que nous aurons l'occasion d'en goûter un dans l'avenir.


Thesys, Pala, Isola dei Nuraghi, Sardaigne, 2013, Italie

Cépages:    80% Bovale Sardo, 20% Syrah
Code #:       12476671
Prix:            20,40$

Alcool:       13,5%
Sucre:         3,8 gr/litre
Servir:        16° Celsius
Carafe:       20 min

Le réputé guide italien Gambero Rosso a attribué à ce producteur, la maison Pala fondée en 1950, le prix "Emerging winery of the year 2014".

Ce producteur possède des vignobles à différents endroits. Il cultive les vignes les mieux adaptées à chacun de ces terroirs.  Sa gamme de produits inclut des vins rouges, blancs, rosés et de dessert.

Les vignes qui ont produit les raisins du vin mentionné ci-dessus sont conduites selon la méthode traditionnelle d'Uras de type "Alberello" pour le Bovale, et en bas espalier pour la Syrah, cultivée à Senorbì.

Le sol est de type sablonneux dû à la proximitié de la mer pour le Bovale, et est calcaire et argileux pour la Syrah.

Vendanges manuelles tôt le matin, macération pelliculaire à température contrôlée pendant une période de 10 jours. Après la fermentation alcoolique suit la fermentation malolactique, puis un affinage de trois mois en fûts neufs de chêne français d'Allier.


Filet mignon de bœuf, sauce crémeuse aux champignons et cognac

Notes de dégustation:

Un vin à la robe rouge rubis légèrement violacée; à l'olfactif, des effluves de prune, de cuir, de réglisse et de violette; la bouche dévoile un vin de belle finesse, moyennement corsée, avec une texture un peu gommeuse en milieu de bouche; la finale est raisonnablement longue car elle se prolonge avec une rétro-olfaction qui laisse transparaître un soupçon d'animalité; un vin équilibré et surtout original; à essayer.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire