Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>L’insaisissable minéralité dans le vin</b>

mardi 13 juin 2017

Les Québécois pourront (enfin) eux aussi acheter la caisse de 12 bières en provenance de 12 microbrasseries canadiennes


Il semblerait que le Journal de Québec, TVA et CTV peuvent faire parfois bouger les choses, la SAQ en l'occurrence.

Comme beaucoup de personnes, c'est mardi matin le 13 juin que j'ai pris connaissance de cette rocambolesque histoire par l'entremise d'un article publié par le Journal de Québec:


Voici l'objet du litige:


Depuis déjà 6 semaines, cette caisse de bières renfermant 12 créations spéciales faites par une microbrasserie de chacune des 10 provinces et de 2 territoires est vendues partout au Canada. Partout? Non sauf au Québec.

Pour notre province, c'est la microbrasserie le Trou du Diable de Shawinigan qui a été sélectionnée avec une bière spéciale nommé Bouclier canadien.

Voici d'ailleurs les noms de toutes les microbrasseries qui participent à ce génial projet visant à faire connaître certains des acteurs de cette industrie en pleine émergence:


Jusqu'à jeudi soir de la semaine dernière, la SAQ à qui l'on doit demander la permission pour vendre dans les épiceries et les dépanneurs du Québec des produits élaborés à l'extérieur de la Belle Province, refusait de donner son autorisation.

Je vous fait grâce ici des raisons administratives évoquées par ce monopole d'état pour ne pas collaborer et justifier son refus.

D'autres échos

Suite à cet article, Mario Dumont parla de cette histoire où le Québec fait bande à part, gracieuseté de notre appareil bureaucratique.

Puis, lors du bulletin de nouvelles télévisé de midi, la chaîne montréalaise anglophone CTV y ajoute son grain de sel. Alors que j'étais en pleine dégustation de vins, on m'appelle et on se déplace pour venir quérir mon opinion.

Voir l'article

Écouter le reportage (1 min. 56 sec)




Voici une traduction libre de mon commentaire:

"J'ai du mal à comprendre que toutes les provinces du Canada ont réussi à collaborer afin de rendre ce projet possible, sauf pour le Québec. Je ne vois pas quel est le problème, mais lorsque que l'on vend pour plus de 3 milliards de $ en vin et spiritueux par année, on devrait être capable de trouver la solution. J'espère qu'on la trouvera avant qu'il ne reste plus de bière à vendre."


Volte-face surprise

L'après-midi même, la SAQ faisait savoir aux médias, qu'une entente était enfin intervenue entre elle et le fournisseur. Maintenant que le ridicule de cette situation était du domaine public, on a sans doute eu guère le choix de lever cette interdiction. La SAQ dit en avoir commandé la faramineuse quantité de.....240 caisses (pour le Québec en entier)!

Par contre, uniquement le format de 12 bouteilles sera disponible au Québec et non les deux autres formats de 6 bouteilles. Société distincte oblige, j'imagine.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire