Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Savez-vous reconnaître un vin bouchonné?</b>

jeudi 3 septembre 2015

Comment boire sans se faire avoir


Note: Ce texte a aussi été publié le 3 septembre 2015 dans le Huffington Post Québec (voir ici).

Septembre est le mois de la rentrée, celui où l'on recommence à garnir son agenda. Et si vous preniez enfin les moyens pour cesser d'acheter vos vins à l'aveugle?

Et la seule manière d'y parvenir, c'est de consacrer quelques heures pour acquérir un minimum d'informations sur ce monde qui vous semblera bien moins mystérieux par la suite.

Pas si banal que ça

Mais, me direz-vous, est-ce que le vin est un sujet qui vaille la peine que l'on investisse un peu de son temps? Oui, absolument.

Acheter à l'aveugle, c'est un peu s'en remettre au hasard. Dans ces circonstances, il y a donc une chance sur deux de ne pas faire un achat judicieux, de se faire avoir en quelque sorte, un peu par notre propre faute.

Remarquez que je n'ai pas dit se faire rouler. Par exemple, choisir une bouteille de vin à 16$ qui, sans être de mauvaise qualité, est globalement inférieure à une autre de 14$ qui elle vous donnerait pour 20$ de plaisir, c'est ça que j'appelle se faire avoir!

Beaucoup de monde comme ça

Rassurez-vous, vous n'êtes pas le ou la seule dans cette situation. On peut facilement trouver sur l'internet des vidéos amusantes mais révélatrices démontrant que la plupart des gens ne savent pas ce que devrait goûter un vin de grande qualité. Et non, si cela coule bien comme un jus de Kool-Aid, ce n'est pas un signe infaillible de qualité.  C'est d'ailleurs cette ignorance que certains acteurs de la filière vinicole utilisent à leur profit, ou à vos dépens si vous préférez.

Dans la courte vidéo en anglais mais très facile à comprendre de 3 minutes qui suit, on a demandé à diverses personnes d'identifier entre deux vins rouges, lequel était celui d'entrée de gamme à 4,50$ (on est ici bien sûr aux États-Unis), et lequel était le grand cru classé de Bordeaux à 150$, après les avoir goûtés à l'aveugle.

Comme vous pourrez le voir, malgré que certaines personnes s'en tirent plutôt bien, la plupart sont très surprises lorsqu'elles apprennent à quelle catégorie appartiennent les vins qu'elles ont goûtés. Je vous invite maintenant à la visionner.
 


Certains diront que cela est dû au fait que ce sont des Américains qui apparaissent dans cette vidéo et qu'il est bien connu qu'ils n'y connaissent pas grand chose au vin, ce qui est faux pour deux raisons.

Premièrement, la connaissance du vin s'est largement répandue dans ce pays depuis les dernières années. Deuxièmement, ces résultats seraient fort probablement identiques, pour tous les pays du monde, que ce soit le Canada (incluant le Québec), ou même la France. Oui, oui, croyez-moi, même la France. 

Ne vous méprenez pas. Le but n'est pas de vous dire qu'il vous faille dorénavant n'achetez que des vins de 100$ et plus pour boire de très bons vins car souvent le prix n'est pas directement proportionnel à la qualité. Mais vous serez certes d'accord avec moi que de ne pas pouvoir faire la différence entre un vin  de bas de gamme et un excellent vin a quelque chose de très désolant.

Le seul remède

Malheureusement, il n'existe pas de petite pilule que l'on pourrait avaler pour ainsi posséder instantanément les connaissances de base nous permettant de séparer le bon grain de l'ivraie.

Comme le dit une jeune femme vers la fin de la vidéo:


La solution passe donc inévitablement par l'acquisition du b.a ba du monde du vin. Cela tombe bien puisqu'en septembre débuteront, à Montréal comme en région, plusieurs cours d'initiation sur le vin.

Je vous recommande de suivre un cours qui dispense au moins entre 10 et 15 heures de formation, ce qui est le minimum nécessaire pour couvrir l'ensemble du sujet. 

Cette illustration intitulée « La dégustation à l'aveugle »
est une création de Marie-Claude Journault
Voir son site internet: mcjournault.com

Bien que l'on puisse les trouver facilement en faisant une petite recherche sur l'internet, je vous en mentionne ici quelques-uns, par ordre décroissant de prix, lesquels incluent les taxes. Chacun pourra choisir celui qui semble lui convenir le mieux. Je n'ai pas mentionné ceux de l'Institut du Tourisme et de l'Hôtellerie du Québec, ceux-ci s'adressant surtout aux personnes désirant faire carrière dans ce domaine.

Voici donc quelques cours d'initiation amusants et intéressants qui conviendront à toute personne désirant en connaître davantage sur le vin:

Entreprise SAVORI (partenaire exclusif de la SAQ)   327,68$
Plusieurs villes importantes du Québec (voir ici)

L’Amicale des sommeliers du Québec   265$
À Montréal (voir ici)

Les conseilleurs du vin (Nick Hamilton)  229,95$
À Montréal  (voir ici) 

Allan Laforest  190$
À Montréal  (voir ici) 

Club des Dégustateurs de Grands Vins 135$
Par l'auteur de ces lignes, à Montréal (voir ici)

Pour le plaisir et pour l'argent

Le plaisir! Il est prouvé que plus on possède d'informations nous aidant à comprendre un vin (cépages, producteur, culture, vinification, élevage, etc.) et plus on retire de plaisir à sa dégustation. Vous serez ainsi en mesure de profiter davantage des vins que vous achetez.

L'argent! Faisons le calcul. Même avec l'hypothèse que vous ou votre famille ne consommiez qu'UNE seule bouteille de vin par semaine que vous payez disons 15$ en moyenne, cela fait déjà un poste de dépenses représentant annuellement 780$. Vous me suivez? 


Choisir au hasard vous fera mathématiquement faire un choix "inapproprié", une fois sur deux. C'est ainsi près de la moitié de vos achats, soit 390$ à chaque année, qui sont susceptibles de ne pas être ainsi judicieusement dépensés. Or, même le cours le plus dispendieux parmi ceux mentionnés ci-dessus ne coûte pas cette somme. En moins d'un an, vous récupérerez donc un investissement qui vous profitera pour le reste de votre vie!


Laissons la parole en terminant à Abraham Lincoln alors qu'il s'adressait aux sénateurs qui refusaient d'adopter son budget pour l'enseignement: "Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez l'ignorance."

Suggestions de vins pour cette semaine:

Si comme moi, parler d'acquérir des connaissances de base sur le vin vous a donné soif, voici 10 recommandations de vins pour vous (4 blancs, 5 rouges et 1 vin de dessert).

Vins blancs

Quinta do Minho, Vinho Verde, Loureiro, 2014, Portugal, 15,30$

Monopole, CUNE, Rioja, 2014, Espagne, 16,35$

Château de Fontenille, Entre-deux-Mers, Stéphane Defraine, 2014, France, 16,55$

Bourgogne Aligoté, PL & JF Bersan, 2012, France, 18,50$


Vins rouges

Tannat, Don Pascual Reserve, Est. Juanico, 2013, Uruguay, 14,40$

Carmenère Reserva, Cuvée Colchagua, Casa Siva, 2013, Chili, 14,95$

Cabernet Sauvignon, Gran Reserva, Carmen, Maipo Alto, 2012, Chili, 18,75$

Ploussard, Les Parelles, Arbois, Jura, Juravinum, 2009, France, 19,90$

Château de l'Abbaye, Haut-Médoc, Cru Bourgeois, 2010, France, 21,95$


Vin de dessert

Porto LBV, Taylor Flagdate, Douro, 2010, Portugal, 13,15$ (375 ml)


Bonnes dégustations!

Pour télécharger la liste de ces 10 vins, cliquez ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire