Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Savez-vous reconnaître un vin bouchonné?</b>

vendredi 28 mars 2014

Après PKP, le Père Noël s’immisce dans la campagne électorale


Note: Ce texte a aussi été publié le 27 mars dernier dans le Huffington Post Québec (voir ici).

En cette fin de mois de mars, le Père Noël, lors d’une récente entrevue, donne son point de vue sur le marché du vin au Québec et interpelle dans la vidéo ci-dessous les politiciens québécois présentement en campagne électorale afin qu’ils se prononcent sur cette question.

Mars, vin, Père Noël, campagne électorale. Voilà bien des mots que je n’aurais jamais crû possible avant aujourd’hui de réunir dans une seule et même phrase.

Le début de la saga

Afin de mieux comprendre la raison pour laquelle le Père Noël a décidé de sortir de sa tanière en cette saison, rappelons que celui-ci fut l’objet d’une controverse  et même frappé d’interdit au cours du mois de décembre dernier, alors que la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) avait refusé à l’entreprise Julia Wine de diffuser sur son site internet une vidéo où apparaissait un Père Noël à la barbe décollée du visage et interprété par un homme de couleur.

J’avais écrit ici même un billet sur cette affaire et vous avais inséré dans ce billet la vidéo interdite en question. Vous avez été des milliers à l’avoir visionnée. Les personnes désirant se rafraîchir la mémoire ou connaître le début de cette histoire, n’auront qu’à cliquer sur ce lien : 



Pourquoi maintenant?

Jugeant que la RACJ avait erré dans sa décision de décembre dernier, en l’empêchant de faire connaître de bon droit à la population juste avant la période cruciale de Noël que ses produits étaient dorénavant disponibles dans l’ensemble des dépanneurs Couche-Tard du Québec, Julia Wine en a appelé de cette décision.

Et c’est vendredi prochain, le 28 mars à 9 :00 heures, au Palais de Justice de Montréal, que doit se tenir l’audience pour débattre une fois pour toutes de cette question.

Que dit le rapport?

L’un des arguments de la direction de Julia Wine pour démontrer le non fondé de l’interdiction de la vidéo de décembre dernier est un rapport interne de la RACJ daté de juillet 1998, inconnu du grand public, et qui porte exactement sur ce point.


Lors de cette consultation publique qui s’est tenue le 28 janvier et le 11 février 1998 au Palais de Justice de Montréal, 5 associations diverses du domaine des boissons alcooliques ainsi que la SAQ ont déposé un mémoire.

Après examen, la RACJ a tiré une conclusion à cet effet que l’on peut lire à la page 15 du dit rapport.


On remarquera que la RACJ recommande à son Comité d’étude des messages publicitaires d’appliquer la recommandation de ce rapport soit « de faire preuve de plus d’ouverture afin de ne refuser que les cas où il est évident qu’une personne mineure est visée par la facture spécifique du message. » 

Alors chers lecteurs, est-ce que selon vous la RACJ a suivi sa propre recommandation lorsqu’elle a interdit à Julia Wine de diffuser sa vidéo en décembre dernier? Je vous en laisse seuls juges. 

Oh! Oh! Oh! 

Il sera certes intéressant de voir ce qui ressortira de l’audience qui se tiendra aux frais des contribuables le 28 mars prochain afin de débattre  de cette question surréaliste. En attendant,  je vous invite à prendre deux minutes pour regarder en primeur la vidéo qui vous fera découvrir ce qu’en pense le (vrai) Père Noël.


Lien vers la vidéo:   http://we.tl/2D6Ib2l4tX

Si, comme le suggère notre bon ami le Père Noël, ceci n’était qu’une manœuvre pour freiner la progression d’un nouveau joueur dans l’industrie québécoise du vin, et bien sachez que celle-ci n’a pas donné les résultats escomptés. Pendant que les ventes au Québec de la plupart des fournisseurs de vin reculent ou au mieux stagnent, celles de l’entreprise Julia Wine seraient semble-t-il en progression de 36% dans les Couche-Tard du Québec.

Si vous faites partie de mes lecteurs assidus, vous vous souviendrez que j’ai publié dans mon billet de la semaine dernière les résultats d’un questionnaire sur le marché du vin au Québec et que j’avais adressé aux cinq principales formations politiques. Seul Québec solidaire avait accepté de nous livrer leur vision sur cet enjeu qui touche pourtant plus de 3,500,000 québécois(es), consommateurs de vin.

Est-ce que nos politiciens refuseront encore de faire connaître leur position sur la commercialisation du vin au Québec suite à une demande faite cette fois-ci par le Père Noël en personne?


Suggestions de vins de la semaine :

Vin blanc 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire