Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Boire du vin au resto: guide de survie</b>

jeudi 13 juin 2013

Nouvelle-Zélande: les vins du bout du monde


Note:  ce texte a aussi été publié le 13 juin 2013 dans le Huffington Post Québec (voir ici).

J'ai assisté le 7 mai dernier au salon des vins de la Nouvelle-Zélande qui s'est tenu à Montréal. Une quarantaine de producteurs étaient venus présenter plus de 200 de leurs produits. Profitons-en pour faire ensemble un bref survol de la viticulture de ce lointain mais très beau pays.

Bien que la vigne y fut cultivée depuis 1819, c'est seulement vers 1980 que la Nouvelle-Zélande s'est vraiment démarquée sur la scène internationale avec des vins blancs de Sauvignon qui possédaient une personnalité explosive. Le climat et le terroir néo-zélandais avaient pour ainsi dire donné une expression jusqu'alors inconnue à ce cépage bordelais.

Lors de cette même journée, j’ai eu l’occasion de rencontrer M. Jamie Marfell, vinificateur en chef de la maison néo-zélandaise Stoneleigh. Pour plus de détails, voir ici

Il y a de nos jours environ 25 cépages qui sont cultivés en bonne quantité dans ce pays. Par ordre d'importance, notons pour les cépages blancs le Sauvignon blanc, le Chardonnay, le Pinot gris, le Riesling et le Gewurztraminer, alors que les cépages rouges sont représentés par bien sûr le Pinot Noir, le Cabernet Sauvignon, le Merlot et la Syrah.


Si le Sauvignon blanc convient bien au climat frais de ce pays,  il en va de même en rouge avec le Pinot Noir de Nouvelle-Zélande, de plus en plus reconnu et apprécié, celui-ci  se donnant même parfois quelques petits airs bourguignons.

Le territoire de ce pays est composé de deux îles importantes, l'île du Nord et l'île du Sud. Comme nous pouvons le voir sur la carte reproduite avec la permission de la New Zealand Winegrowers on retrouve sur ces deux îles dix principales régions viticoles.

 Voici quelques chiffres qui dressent un portrait d'ensemble sur la production vinicole actuelle:

Nombre d'hectares en production:  34,270

Production totale:  260 millions de bouteilles

Part exportée:  100 millions de bouteilles (près de 40%)

Valeur des exportations:  ~ 1 milliard de $CAD

La production de vin en Nouvelle-Zélande représente cependant seulement 1% de la production mondiale. Compte tenu de ce poids plutôt marginal, ce pays a donc décidé dès le départ de miser sur la qualité de ces produits plutôt que sur la quantité, une sage décision selon moi.

Le Sauvignon blanc de Kim Crawford, produit fort connu, est offert au Québec à 20,95$ (voir ici) mais on peut l'obtenir aux États-Unis à partir d'environ 11,25$ (voir ici) même s'il a parcouru la même distance. Conclusion: ce ne sont pas les prix des vins de la Nouvelle-Zélande qui sont déraisonnables mais plutôt notre système québécois de fixation des prix. Nuance importante.
Ces vins, les rouges comme les blancs, bénéficiant presque toujours d'une grande souplesse, d'un indéniable équilibre ainsi que de fraîcheur, représentant ainsi de bons candidats lorsque vient le temps de choisir des vins lors de la période estivale.

Saluons la grande capacité d'innovation de ce pays qui fut l'un des tous premiers à adopter la capsule à vis moderne en remplacement du liège sur toutes ses bouteilles ainsi que sa ferme volonté de produire tout en ne perdant pas de vue pour autant le développement durable (voir ici, en anglais seulement). On ne néglige rien pour préserver la qualité du sol, de l'eau et de l'air, tout en encourageant la biodiversité. Ce pays est avant tout un grand jardin et l'on ne veut pas que ça change.

Puisqu'une image vaut mille mots, vous pourrez regarder les belles images de la Nouvelle-Zélande présentées dans la vidéo qui suit. Nul besoin de comprendre l'anglais pour apprécier la beauté naturelle de ce pays situé aux antipodes du nôtre.
 

Pour revenir au salon du 7 mai dernier dont je faisais allusion au tout début, j'ai identifié pour vous sous forme de diaporama les 12 produits qui ont le plus retenu mon attention...et charmé mon palais.    

 Bonnes découvertes!      

Diaporama:       

http://huff.to/16jlwlV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire