Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>L’insaisissable minéralité dans le vin</b>

mercredi 9 janvier 2013

Mauvaise nouvelle: LES VINS DE MOINS DE 10,00$ EN CHUTE LIBRE AU QUÉBEC


Note:  Ce billet a aussi été publié le 9 janvier 2013 sur le Huffington Post Québec. (voir ici)


Prédire l’avenir est parfois plus simple que l’on ne le croit. 

Il suffit d’analyser attentivement le passé et d’en déduire les tendances pour le moyen et le long terme. Basé sur l’élimination progressive, volontaire et planifiée du nombre de vins vendus moins de 10,00$ dans le répertoire de la SAQ, il est assez facile de prédire que, si la situation actuelle se maintient, les vins dans cette échelle de prix seront d’ici moins de deux ans, chose du passé.

Si l’on fait abstraction des vins offerts en importation privée, il y a autour de 8,000 vins réguliers et de spécialités disponibles au Québec. De ce nombre, il y avait en 2009, environ 175 vins (2.2% de l'ensemble des vins) qui coûtaient moins de 10,00$, ce qui représentait déjà un pourcentage très peu élevé vous en conviendrez.

Que diriez-vous si je vous disais qu’ils ne sont plus maintenant (en janvier 2013), qu’une soixantaine? (moins de 1% , soit à peine 0.8% de la totalité des vins offerts). C'est presque les deux tiers de ces vins qui se sont ainsi envolés, remplacés bien sûr par d'autres à prix plus élevés.  Relisez bien le premier paragraphe de ce billet et avouez que l’avenir ne peut que me donner raison.

Pour justifier cette hécatombe (et le mot est faible), la SAQ a déclaré en mai dernier que la clientèle achète de moins en moins de vins en bas de 10,00$ sans dire cependant que ses clients n’ont maintenant plus guère le choix de faire autrement puisqu’on leur offre de moins en moins de ces vins! C'est ce prétexte fallacieux que l'on utilise pour justifier leur décision de vous faire payer dorénavant plus cher votre vin, ce qui affectera particulièrement les personnes à budget limité et c'est ce qui me scandalise le plus dans cette affaire.

Pourtant, un peu partout dans le monde incluant bien entendu l’Europe, il est possible de trouver de bons petits vins vendus (en format de 750 ml) à partir de 2€, 3€ ou 4€ (2,75$, 4,00$, 5,25$). Je ne suis pas en train de vous dire que nous aurons ici un jour des vins de ce prix…il ne faut tout de même pas rêver en couleurs!  Ce que je veux simplement souligner, c'est qu’il SERAIT POSSIBLE, malgré notre invraisemblable et aberrant système de fixation de prix, d’avoir au Québec (car ils existent!) des vins qui seraient vendus ici 7,00$, 8,00$ et 9,00$....si seulement on le voulait bien.

Le vin deviendrait ainsi plus abordable pour certaines catégories de personnes (pensons aux jeunes étudiants, aux personnes à faible revenu, etc.) pour qui le vin, même à 12,00$, représente un petit plaisir dont ils ne peuvent profiter que peu, voire pas du tout.

Ainsi, 75% des vins vendus en France (ça fait beaucoup de vin ça,  messieurs, dames!) le sont par les commerces de grande distribution (hypermarchés, supermarchés, etc.) et ce, à un prix moyen de 3 € (4,00$), alors qu'ici au Québec il n’y aura bientôt presque plus de vins que l’on pourra acheter en bas de 10,00$!!

Il est évident que l’offre des produits de la SAQ s’éloigne rapidement de la diversité (de prix du moins) et de l'accessibilité dont profitent  presque tous les consommateurs de vin de la planète, nous laissant presque seuls au monde à ne pouvoir profiter des aubaines en cette époque de surproduction mondiale.  Vous savez maintenant pourquoi ailleurs on peut boire du vin à table à tous les jours alors que vous devez pour votre part sans doute vous limiter à n'en boire qu'une ou deux fois par semaine, budget oblige.

Nous n’avions déjà au Québec aucun choix sur les vins que l'on pouvait acheter, ni au sujet de l’endroit où acheter ceux-ci à des prix hyper-taxés, voici maintenant qu’on nous impose arbitrairement un prix d’achat minimum beaucoup plus élevé que celui qu’il serait possible d’obtenir dans un marché de libre concurrence. Ce faisant, on bafoue les droits des consommateurs de vins du Québec d’avoir une  sélection normale, complète et variée, dans laquelle se retrouverait un nombre significatif de produits à chacun des niveaux de l’échelle de prix.

Alors pourquoi au lieu d’augmenter l’accessibilité du vin au Québec, voit-on les vins qui coûtent moins de 10,00$, disparaître plus vite que la neige ne fond au soleil? Parce que malheureusement la raison d’état est très souvent  incompatible avec la bonne pratique commerciale, la liberté de choix des consommateurs, ou même la justice sociale. 

Car on ne peut pas blâmer ici directement la Société des Alcools du Québec qui ne fait que répondre aux demandes répétées du gouvernement québécois pour des dividendes toujours plus élevés, et ce, peut importe les moyens. Je vous rappelle que les membres du conseil d’administration de la SAQ sont nommés par le gouvernement et que ceux-ci relèvent  du Ministre des Finances. C'est tout dire. 

La SAQ ne fait donc que ce qu’on lui ordonne implicitement de faire, maximiser jusqu’à plus soif la profitabilité de la vente de l’alcool au Québec. Et elle livre très bien la marchandise.  Puisque l’espace sur les tablettes de ses succursales n’est pas illimité, il est facile de comprendre que le profit réalisé sur une bouteille de vin vendu à 15,00$ (~ 10,00$ de revenus gouvernementaux) est plus grand que celle vendue à 8,00$ (~ 5,33$ de revenus gouvernementaux),  tout simplement.

Le pire est que la hausse des profits à court terme que cette mesure entraînera ne pourra qu’être contre-productive à moyen et long terme. La jeune et nouvelle clientèle qui est très sensible au prix  se détournera peu à peu de ce noble produit qui n’est après tout pas un bien essentiel. La clientèle cessant de se renouveler, le marché rétrécira. Notre gouvernement verra alors les ventes de son monopole d’état diminuer d’année en année ainsi que les profits qui lui sont versés. Cela prendra des années pour que l'industrie retrouve les parts de marché perdues. Quel gâchis!

Je ne connais pas beaucoup d'industrie dans le monde qui demeure prospère en limitant l'accès de ses produits à un grand nombre de personnes en éliminant elle-même ses produits d'entrée de gamme. Si on décidait par exemple demain de ne plus vendre d'automobiles en bas de $30,000.00 seriez-vous confiant en l'avenir de cette industrie? Poser la question, c'est y répondre. 

Ce que je trouve personnellement de plus triste dans cette histoire qui n’intéresse visiblement personne, pas mêmes les consommateurs qui en feront bientôt les frais, c'est que suivant cette même logique, tel un serpent qui se mange la queue et qui finira par s’étouffer lui-même, lorsque tous les prix de vente des vins seront plus de 10,00$ et qu’il faudra livrer encore plus de profits, ce sont les vins entre 10,00$ et 15,00$ qui commenceront à disparaître du marché québécois. Et c'est déjà commencé. Avez-vous remarqué que déjà les vins entre 10,00$ et 12,00$ commencent à se faire rares?

À partir de quand la clientèle réagira-t-elle? Seulement lorsqu’elle ne trouvera plus de vins au Québec en bas de 20,00$, ou avant?  Cela par contre, je ne peux le prédire. La réponse vous appartient.


Suggestions de vins de la semaine :

Voici de très bons vins, blancs et rouges, tous vendus à moins de 10,00$ et apparaissant sur la liste des espèces en voie de disparition; profitez-en dès donc maintenant pendant qu’ils sont encore disponibles!

Les vins blancs

Chardonnay, Gray Fox Vineyards, Californie, 2011,  9,60$

Code #: 10669058

 

Chenin blanc/Torrontes, Fuzion, Mendoza, Argentine, 2012,  9,65$

Code #:  10754199

 

Domaine La Hitaire, Les Tours, vin de pays Côtes de Gascogne, France,  2011,  9,95$

Code #:  567891

 

Sauvignon blanc,Astica Trapiche, Cuyo, Argentine,  2012,  9,15$

Code #:  10394533


Les vins rouges

Cab.-Sauv./Merlot, Frontera, Concha y Toro, Valle Central, Chili,  2012,  9,90$ 

Code #: 116426

 

Garnacha, Castillo de Monséran, Carinena, 2011, Espagne,   9,70$

Code #:  624296


Malbec, Finca Flichman, Mendoza, Argentine,  2012,  9,65$

Code #: 10669832

 

Merlot/Malbec, Astica Trapiche, Cuyo, Argentine, 2012,  9,15$

Code #:  637876


Monastrell,  Dominio Espinal, Yecla, Espagne,  2009,  9,95$
Code #:  378208

 

Nero d'Avola, Giacondi, Sicile, Italie, 2011,  9,10$

Code #:  10803034

 

Primitivo, I Monili, Pervini Tarantino, Italie, 2011,  9,95$ 

Code #:  577684

 

Sangiovese, Farnese, Daunia, Farneto Valley, Italie, 2010,  9,20$ 

Code #:  10669331

 

Tocado, Campo de Borja, Espagne,  2011,  9,45$

Code #: 10845701


Bonne dégustation!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire