Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Les 5 conditions essentielles pour avoir un bon millésime</b>

lundi 17 septembre 2012

ET SI BACCHUS ÉTAIT UNE FEMME?


Les hommes négligent le nez qui est en dégustation, "l’équivalent des préliminaires pour le sexe" selon Elodie Cadiou caviste à Paris.


Le nom de la boutique détonne forcément. «Et si Bacchus était une femme», dans le milieu un tantinet macho du vin, sonne comme une provocation. La propriétaire des lieux, Élodie Cadiou, s’en amuse. Depuis qu’elle a ouvert sa cave au pied de la rue Mouffetard, voilà à peine trois mois, un client est déjà entré, furieux, pour lui demander: «Qu’est-ce qui vous a pris de choisir ce nom?» La sélection de vins, irréprochable, a calmé ses ardeurs. «Je ne suis pas particulièrement féministe, explique Élodie. Dans ma cave, les vignerons sont autant représentés que les vigneronnes.» Pour elle, le «vin féminin» est une «invention de bonhomme», et l’imaginer doux, sucré ou léger, est un amas de clichés.

En revanche, Elodie croit en une approche différente dans la manière de goûter et de parler. «Les femmes expriment leurs sensations tandis que les hommes veulent décrire une technique. Ils vont chercher le défaut et négliger le nez, qui est, en dégustation, l’équivalent des préliminaires pour le sexe…», dit-elle avec un sourire.

Rien ne destinait Elodie au métier de caviste. Mais en 2003, une dégustation à Châteauneuf-du-Pape fait office de révélation. Elle s’inscrit à l’université du vin de Suze-la-Rousse, dans la Drôme, et décroche la meilleure note de sa promo pour son mémoire sur «La Femme et le vin». Rentrée à Paris, elle prend en charge la carte et les achats des vins de l’Alcazar, le bistro alambiqué de Terence Conran rive Gauche.

Pendant ce temps, elle se lie d’amitié avec des vigneron(ne)s, développe son goût. Jusqu’à décider, en 2011, d’ouvrir sa propre cave, seule. La boutique est petite, mais coquette et conviviale. On lui demande si la parité est respectée parmi ses clients. Réponse positive. «Les femmes sont à l’aise ici, on discute, elles me posent des questions.» Et les hommes ? «Ils me disent que j’ai une belle sélection !»

Source:  Libération (par Elvire von Bardeleben)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire