Google Translate

Bienvenue sur ce site COMPLET et GRATUIT d'information sur les bons vins du monde entier!

Amateurs de vin qui prenez votre plaisir au sérieux, bienvenus!

NOTE: En poursuivant cette lecture, vous déclarez avoir l'âge légal requis dans votre pays pour consommer de l'alcool.

AVIS

Ce site est dédié à ceux et celles qui aiment lire, réfléchir et apprendre sur le sujet du vin. Sans aucune publicité, il est donc libre et indépendant de toutes influences externes, incluant le monopole d'état. Il regorge d'informations diverses (+ de 2,400 articles soit l'équivalent de 5 bouquins) sur le domaine vinicole du monde entier. L'auteur, qui déguste du vin depuis 40 ans, ne gagne pas un sou avec ses écrits. Il ne désire pas vous dire quoi acheter car il n'a rien à vous vendre, sauf sa passion pour le vin. Soyez votre propre juge.



Qui sommes-nous? | À propos de l'auteur

Rechercher dans ce blog

Article en vedette

<b>Les 5 conditions essentielles pour avoir un bon millésime</b>

mercredi 7 décembre 2011

Les Québécois maintenant meilleurs que les Anglais pour le vin?



 Un mythe s’effondre. Depuis longtemps il est dit que le consommateur britannique est un expert chevronné en vins. Une récente enquête auprès de 2 000 acheteurs de vins nous montrerait le contraire. L'existence de grands spécialistes anglais reconnus (Hugh Jonhson, Jancis Robinson, Mickael Broadbent) ne signifie pas nécessairement que la majorité des Anglais soient aussi compétents qu'eux en la matière.


En août 2011, 2 000 adultes ont été interviewés sur leur attitude face à la sélection et à l’achat d’une bouteille de vin. Lors du choix d’un flacon, 70 % de ces personnes déclarent être anxieux à cause de leur manque de connaissance. Face à cette angoisse, 55 % des personnes interrogées compensent leur méconnaissance des vins par le recours à un avis  extérieur. On évite cet embarras pour 28 % des sondés en se limitant à des vins que l'on  connaît déjà.


L’étude a aussi révélée des mythes et de fausses croyances implantées dans l’esprit de certains consommateurs anglais.   Voici des exemples de ces fausses  idées toutes faites :

- si un vin goûte les fruits (fraises, cerises...)  ou le poivre c'est que l'on en a mis dans le vin pour  l’élaborer (selon 54 % des sondés) ;
- les vins sont coupés à l’eau (48 %) ;
- un vin bouché avec du liège est de meilleure qualité qu’une bouteille à vis (35 %) ;
- Bordeaux, Chablis, Champagne, Jerez et Porto sont des noms de cépages (32 %) ;
- une capsule à vis s’ouvre avec un tire-bouchon!! (15 %);
-etc.

La demande d’enseignement à propos du vin est forte, 71 % des enquêtés souhaiteraient en savoir plus sur le monde du vin. Il serait intéressant de savoir si les consommateurs québécois auraient fournis de meilleures réponses à ces questions. Une chose est certaine, la pertinence d'un cours d'Initiation à la Dégustation du Vin comme celui que nous proposons depuis plus de trois ans (voir colonne de gauche) demeure plus réelle que jamais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire